la vie de notre club de pêche au blanc.Tout sur la pêche en riviére, étangs,et en mer.
 
AccueilCalendrierS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un poisson encore mystérieux

Aller en bas 
AuteurMessage
kim22
nos meilleurs membres
nos meilleurs membres
avatar

Nombre de messages : 966
Age : 68
Date d'inscription : 10/08/2007

MessageSujet: Un poisson encore mystérieux   Mer 15 Fév - 9:33

Un poisson encore mystérieux. Mar 26 Aoû - 10:36 Répondre en citant Editer/Supprimer ce message
Salut à vous Wink


LE SAUMON.1983

*Tous les saumons du monde présentent des caractères communs qu'ils ont conservés à travers les bouleversements de l'écorce terrestre et le réchauffement des eaux océanes.
Plusieurs volumes seraient nécessaire pour embrasser le monde des saumons dont personne, à notre connaissance n'a encore maîtrisé la diversité et dissipé tous les mystères.
Chaque région d'accueil reçoit un saumon qui a ses qualités spécifiques.
Il s'agit de la moyenne des poids, de l'ordre d'arrivée dans le temps, des différentes catégories, de la vigueur, de la préférence pour certains appâts et leurres.
Avant d'évoquer les traits essentiels des deux grandes familles, celle du Pacifique et celle de l'Atlantique, relevons les caractéristiques communes à l'ensemble de l'espèce.
Né en rivière, où il va attendre une longueur d'une vingtaine de centimètres, il part en mer jusqu'à sa maturité.
Infailliblement il reviendra au lieu de sa naissance.
Bouclant un cycle qui demeure une énigme.
Il est anadrome( c'est à dire qu'il remonte la rivière pour frayer.
Catadrome: action inverse.

*Lors de l'avanture amoureuse du grand retour, il cesse de se nourrir dès qu'il retrouve l'eau douce de la rivière de son enfance.
Son appareil digestif s'atrophie, ses organes sexuels se développent.
Ses gonades se créent.
Une question vient inévitablement aux lèvres de chacun.
Elle est rituelle.
Pourquoi que les saumons s'attaquent-ils aux appâts sophistiqués ou naturels que l'homme leur propose avec plus ou moins d'adresse ?
La truite, l'ombre, presque tous les poissons engament l'appât pour se nourrir comme l'exige la volonté de survie du règne animal.
Le saumon n'a pas la même motivation.
Il ne mange pas en rivière.
Il suffit d'ouvrir son estomac pour constater qu'il ne recèle aucune matière alimentaire.

C'est une réalité.
Certains cependant contredisent cette thèse.
Jones, le champion du pays de Galles ou coule la jolie Conway, a trouvé des vers dans la poche stomacale.
Ces prises ont été faites près de l'embouchure et il s'agissait de"frais monté",venant de quitter les eaux marines.
Pourtant il mord.
Pourquoi ?
Mille thèses ont été avancées.
Prenons les plus plausibles et les plus acceptées, fondées sur l'observation et la réflexion qui, dans le monde du silence des eaux vives constituent des démarches efficaces pour en arracher quelques secrets.

*Sans doute existe-t-il un reflexe conditionné chez un animal passant de l'eau salée, où il se gave de crevettes et autres petits poissons, à l'eau douce ou il jeûne.
Pendant quelques temps, le saumon continuera de se précipité sur toute proie à sa portée, quitte à la rejeter si son organisme n'éprouve pas le besoin de l'absorber.

*Sans doute, comme le prétendent les Indiens du Labrador, le saumon s'alimente peu ou prou et saisit toute nourriture proche pour la mâchonner et en avaler le suc après en avoir rejeté la partie solide.

*Sans doute, comme l'affirment la plupart des spécialistes, cette attitude belliqueuse participe de la volonté farouche du saumon d'éliminer tout obstacle, même petit, à sa progression vers la frayère, et surtout de la fierté naturelle d'un animal "en mission de reproduction" qui veut anéantir toute gêne et toute source de trouble.
Poussé par le rut, le saumon défie les courants les plus rapides, saute les chutes.
Lorsqu'il parvient épuisé au relais de repos, au "lie" ou repaire, il n'accepte pas d'être tiré d'un rêve qui endort sa fatigue et fonce rageusement sur tout objet qui passe dans son angle de vision.
Irascible, il veut alors le faire disparaître et le mord pour le broyer, le détruire et retrouver sa quiétude antérieure.
En un mot, la truite mord par gourmandise, et le saumon par hargne et par orgueil.
Une truite fuira après les premiers passages de l'appât.
Un saumon s'attaquera parfois qu'après de nombreuses sollicitations.

(Paul Boyer a vu le maître Bonnenfant s'acharner sur un saumon de dix-huit livres pendant trois heures avant que le saumon, agacé, ne gobe la mouche)

Chaque thèse comporte sa part de vérité.
En ce qui nous concerne, nous acceptons la dernière explication sans pour autant nier la vraisemblance des deux premières, surtout pour les"frais montés".

à suivre:
Deux grandes familles.

kim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yannick 13
membres de Platine
membres de Platine
avatar

Nombre de messages : 495
Age : 59
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 19/03/2010

MessageSujet: Re: Un poisson encore mystérieux   Mer 15 Fév - 18:44

3d-respect-43 :AW:merci kim
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kim22
nos meilleurs membres
nos meilleurs membres
avatar

Nombre de messages : 966
Age : 68
Date d'inscription : 10/08/2007

MessageSujet: Re: Un poisson encore mystérieux   Jeu 16 Fév - 8:43

Sujet: Re: La pêche au saumon Aujourd'hui à 8:30 Sélectionner/Désélectionner multi-citation Répondre en citant Editer/Supprimer ce message Supprimer ce message

*Voici la suite d'un poisson encore mystérieux.

Le saumon: deux grandes familles.

*Les saumons du Pacifique.

Le therme saumon couvre une gamme fournie de spécimens, différents par la taille, la forme, la robe et surtout la manière de mourir.
Le saumon que vous admirez avant découpe: le salmo salar, ne représente pas l'espèce la plus répandue sur notre globe terraqué.
Le rapport entre les saumons de l'Atlantique et ceux du Pacifique est de l'ordre de 1 à 100;
Beaucoup plus nombreux, bien plus variés sont les "Pacifique".
Adoptés par ceux qui ont connu des émotions intences avec des plus de soixante livres, ils sont vilipendés par d'autres qui n'hésitent pas à contester leur appartenance à la grande famille du saumon.
Admettons que l' "Atlantique" est plus méfiant et plus subtil que son frère de race, lui-même plus lourd et plus puissant.
En tout cas, dans l'assiette, combien d'entre nous, sans le moindre doute, dégusté un merveilleux saumon d'Ecosse ou de Scandinavie, qui était en réalité un coho, un sockaye ou un pink;
(Saumon du Pacifique).
La tête de file des saumons "Pacifique" est inconstestablement le chinook, le roi, le "king salmon".
C'est la bête la plus formidable de la tribu.
A Anchorage, les cartes postales vous montrent un chinook de quatre-vingt-dix- livres.
Certains atteignent exceptionnellement cent vingt livres( livres anglaises
Le pêcheur parle toujours en livres.
Poête orgueilleux, il peut ainsi doubler honnêtement le chiffre du poids de ses prises.)

*Le saumon du Pacifique est du genre Oncorhynchus et se présente sous cinq formes fort dissemblables.

*Le king salmon. C'est le roi, le plus gros, le plus fort.
Très combatif à son arrivée en rivière, il se calme très vite sur les zones de frai.
Nom scientifique:oncorhynchus tschawytscha.
Poids de 10 à 45 kg;

*Le silver salmon. plus connu sous le nom de coho.
Ce poisson monte en dernier, il est un des rares à mordre à la mouche;
nom scientifique: oncorhynchus kisutck.
Poids: de 2 à 7 kg;

*Le red salmon. C'est le plus lunatique des "Pacifique".
Il mord très difficilement.Quelques - uns ont été pris à la mouche noyée et à la Meeps N°1 argentée".
Nom scientifique: oncorhynchus nerka.
Poids: de 1 à 6 kg;

*Le pink salmon. Poisson très grégaire, qui remonte la rivière en bancs compacts de plusieurs milliers d'individus, au point que l'on peut voir le fond de certaines changer de couleur.
Il est intéressant pour les pêcheurs.
Nom scientifique: oncorhynchus gorbuscha.
Poids: de 1 à 4 kg;

*Le dog salmon. On l'appelle plus simplement le chum.
Il porte une denture impressionnante, notamment au moment de la reproduction.
Il mord bien aux leurres et se défend fanatiquement, à fond.
Ne saute jamais.
Nom scientifique: oncorhynchus keta.
Poids: de 2 à 8 kg.

Malgré les calomnies de ceux qui ne les connaissent pas, ce sont de très beaux poissons à leur arrivée en rivière.
Leurs formes sont fuselées et leurs robes argentées.
Très vite, ils se transforment et deviennent rougeâtres, verdâtres, noirâtres, bossus, à gueules tordues, prêts à la mort collective.
Une vrai cours de Miracles.
Tous ces poissons vivent entre le détroit de Béring.
Les Aléoutiennes et les côtes de l'Oregon.
Leur densité laisse rêveur les Européens de passage.
Une rivière comme la Foster, qui sillonne les Rocheuses, compte plus de quatre mille remontées à l'heure.
A l'entrée de la Karluk, rivière de l'île Kodiak, en Alaska, où vivent les plus grands ours du monde (3,80 m debout). affraid chauve qui chfeux.
L'auteur de ces lignes a vu de ses yeux un rassemblement de plus d'un million de red salmon !
Il est vrai que les eaux ne sont pas polluées et que la discipline est rigoureusement respectée par les Canadiens et les Américains.
C'est un expl à suivre.
Le saumon est fanatiquement protégé en Amérique.
Plusieurs fois en pleine forêt, perdu au milieu du Grand Nord, j'ai été contrôlé sans aménagement par les gardes-pêche venus en hélicoptère.
Malheur à celui qui conserve une femelle, une stilhead (truite de mer à chair délicieuse), ou un pink !
Il peut faire immédiatement sa valise et reprendre le prochain vol.
En Colombie britanique, un seul hameçon est autorisé par cuiller.
On ne peut garder que les mâles et juste pour se nourrir.
Chacun à six secondes pour photographier sa prise.

à suivre: kim
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé En ligne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corinne-vh
membres de Platine
membres de Platine
avatar

Nombre de messages : 580
Age : 52
Localisation : goutroux
Date d'inscription : 29/06/2009

MessageSujet: Re: Un poisson encore mystérieux   Jeu 16 Fév - 20:14

kim on aprend beaucoups de chose en tes récits et
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yannick 13
membres de Platine
membres de Platine
avatar

Nombre de messages : 495
Age : 59
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 19/03/2010

MessageSujet: Re: Un poisson encore mystérieux   Jeu 16 Fév - 20:53

merci kim
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kim22
nos meilleurs membres
nos meilleurs membres
avatar

Nombre de messages : 966
Age : 68
Date d'inscription : 10/08/2007

MessageSujet: Re: Un poisson encore mystérieux   Ven 17 Fév - 8:39


Bonjour Wink

Encore un peu de lecture sur ce mystérieux poisson Wink

uite:Un poisson encore mystérieux.

*Les "Pacifique" ne survivent pas à l'acte nuptial.

Né dans les eaux bouillonnantes de l'Ouest américain, le saumon prend poids et force sur les frayères où ses parents ont vécu le plus court des romans d'amour.
Une idylle sans lendemain.
Puis l'enfant saumon se laisse entraîner vers les zones pélagiques de l'Océan où il se gavera de plancton, de pertits maquereaux, d'anchoix et de crevettes, son plat favori.
Il résidera en eau salée plusieurs années.
Chez les king, une classification inexpliquée s'établit entre les différents groupes qui vont séjourner dans l'océan: de trois à sept années, formant des groupes homogènes hiérarchisés entre eux par le poids.
Chaque année un clan d'âge est dominant.
A la fin d'un printemps, porté par une force irrésistible, le saumon quitte la sécurité de l'Océan pour entamer un grand voyage.
Son avanture anadrome comportera bien des périls.
Beaucoup de saumons ne parviendront pas à la frayère nuptiale.
Certains se fracasseront sur les murs rocheux enserrant les cascades, d'autres seront capturés par le déprédateur humain, cueillis par les griffes de l'ours, ou tout banalement seront bloqués dans un maigre (Eau peu profonde) et mourront aphyxiés.
Vague après vague, laissant blessés et morts, les grands saumons atteindront la "frayère promise" après un voyage sans pardon.
Différent de son homologue "Atlantique", le Pacifique" ne saute que rarement pour progresser ou se débarrasser des parasites: il marsouine.
Arrivée sur les lieux de reproduction, la femelle creuse un large trou circulaire de plus d'un mètre de large et de trente centimètres de profondeur.
Elle commence aussitôt la ponte des oeufs.
Cette éjection pourra durer une semaine.
Le mâle se tient à ses côtés et éjacule au fur et à mesure sa semence pour féconder les oeufs.

Un "Jack" est toujours à l'affût, prêt à la suppléer.
C'est un personnage de comédie que ce Jack.
Un véritable gigolo des grandes amours.
Ainsi, en période de frai, les adultes sont flanqués de jeunes mâles de quelques livres.
Ce sont les "Jack". Si les adultes ne sont pas assez nombreux ou s'ils sont épuisés par la pratique intensive de la polygamie, le "Jack suppléant" se mêle à la reproduction pour assurer la fertilité de toutes les femelles insatisfaites.
Dès l'acte nuptial terminé, les femelles, bonne ménagère, recouvre les deux mille cinq cent à quatre mille oeufs fécondés en agitant le gravier en amont de la frayère.
Les saumons du Pacifique ne connaîtront pas d'autres idylles.
La fin sera atroce.
Un quinzaine de jours après la fécondation, les amants tragiques seront atteint d'une sorte de cancer.
Tout au long d'une longue agonie hachée de soubresauts dont l'ampleur diminue progressivemet, leur corps, si magnifiques quelques jours auparavant, se décomposeront.
Ils vont pourrir vivants.
Les carcasses informes seront recueillies par les ours qui les enterreront pour approvisionner leur hivernage.
Ou bien échoueront-elles au fond d'un pool pour assurer la nourriture des petits alevins qui vont éclore après la mort de leurs ascendants.
Le cycle sera bouclé: rizn ne se perd, rien ne se crée.
Un an, deux ans plus tard, le jeune saumon amorcera sa migration catadrome pour aller, lui aussi se préparer au grand retour.
Cette fatalité qui pèse sur le saumon du Pacifique: il naît, grandit, part, se développe, revient, aime et meurt aussitôt.

*Un lunatique, le "salmo salar", roi de nos eaux.

En France, en Europe, et dans l'Atlantique en général, à la fin de l'hiver, des drogués halieutiques, poètes et sportifs à la fois, commencent leur pélerinage rituel vers les belles rivières d'eau vivante.
Ils n'ont pas d'âge si ce n'est celui de l'espoir.
Vous les retrouverez jusqu'en octobre à Navarrenx, à Brioude, en Bretagne
ou en Norvège; sur la Conway ou sur la Dee, sur la Laxa d'Islande, ou à Natachquam au Labrador.
Ils lanceront douze heures par jour, plongés dans l'eau glacée jusqu'à mi-ventre bravant sans même y penser la neige, la pluie, le soleil et surtout le vent.
Ils connaîtront la noire bredouille ou le succès flatteur.
Ils seront assez fous pour être heureux.
Qui fait courir tous ces fanatiques dont certains dépenseront toutes leurs économies personnelles d'une pour financer cette avanture ?
C'est le salmo salar (synonymes: salmo hamatus, salmo salmo, truite salar)
le roi des fleuves qui, ne sera peut-être pas au rendez-vous.
Cette créature aux lignes parfaites se distingue de la truite par la taille et la bordure concave de sa queue.
Sa tête, petite, n'est que le sixième de sa longueur.
Le premier arc branchial comporte dix-huit à vingt-deux branchiospines.
En mer, sa robe est gris-vert, ses flancs sont argentés et son ventre est blanc.
Il va rosir en eau douce, et devenir un peu un "saumon rouge".
Son corps présente des marques noires, aux contours en étoiles.
Sa nageoire caudale, aux extrémités rigides, est très développée.
Sur la partie postérieure du dos est fixée une petite nageoire souple, puis une dorsale au centre, triangulaire et dentellée.
L'anale est située sur la partie inférieure, nettement séparée de la caudale
Du milieu du corps partent les deux nageoires ventrales qui servent aussi de point d'appui lorsque le saumon repose.
Les deux pectorales sont situées juste derrière les branchies.
Ainsi le saumon est remarquablement équipé pour affronter les courants les plus rapides.
Sa taille peut largement dépassé le mètre.
Son poids est souvent augmenté par la vantardise et l'imagination.
Certains pêcheurs nous ont affirmés avoir pris en Norvège des "bestiaux" de plus de soixante livres.
Peut-être...L'auteur de ces lignes en a vu un de cinquante-six livres capturé en 1970 dans la rivière Jupiter à Anticosti (île au milieu du Saint-Laurent (Canada).
Comme une jolie femme, il n'avait plus la ligne.
kim

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corinne-vh
membres de Platine
membres de Platine
avatar

Nombre de messages : 580
Age : 52
Localisation : goutroux
Date d'inscription : 29/06/2009

MessageSujet: Re: Un poisson encore mystérieux   Ven 17 Fév - 12:33

kim
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kim22
nos meilleurs membres
nos meilleurs membres
avatar

Nombre de messages : 966
Age : 68
Date d'inscription : 10/08/2007

MessageSujet: Re: Un poisson encore mystérieux   Dim 19 Fév - 8:23

Sujet: Re: saumon Mar 16 Sep - 11:13 Répondre en citant Editer/Supprimer ce message

Suite: Un poisson encore mystérieux.

W.L.Calderwood, dont le livre fait autorité, raconte qu'en 1961 sur la Devon, rivière d'Ecosse qui se jette dans l'estuaire de la Forth, un énormme saumon aurait été attrapé au filet.
Il pesait 103 livres deux onces.
Il était tout noir avec un énormme crochet à la machoîre inférieure et une très grosse tête.
Si vous prenez un saumon de vingt livres estimrz-vous satisfait.
C'est déjà une belle prise.

Des centaines d'ouvrages ont été écrits sur le saumon.
Par Paul Boyer, Louis Carrère, Pierre Bertin, le docteur Tixier, Thioulouse sur le saumon de l'Allier, et bien entendu Calderwood.
Tous ces livres, très remarquables, ne livrent point tous les secrets qui entourent la vie du saumon.
Où se trouvent exactement les fosses de grossissement?
Comment revient-il à la rivière de sa naissance?
Mange-t-il en eau douce?
Bien des années passeront avant que les mystères se dissipent.
La science n'a pas encore anéanti le rêve.
Tant mieux.
Suivons, sans autre ambition que de connaître un peu mieux le plus beau des poissons, les différentes phases de sa vie.

*De la naissance à l'âge adulte.

Le petit saumon appelé tacon ou "parr" naît en rivière ou il va passer deux ans.
Il vit dans les eaux fraîches et oxygénées, souvent par groupe.
Très vorace, il grossit aussi vite que la truite indigène.
Méfirz-vous, il se jettera sur votre mouche noyée et vous devrez le remettre soigneusement à l'eau.
Deux années écoulées, intervient une mue.
Le saumon prend alors sa livrée d'argent, ses habits de voyage.
Il mesure déjà une vingtaine de centimètres.
Il va entreprendre sa grande randonnée vers l'Océan.
L'avalaison durera plus ou moins longtemps selon la longueur de la rivière.
Quelques jours ou quelques mois.
La tête vers l'amont, les smolts (petits saumons de deux ans) rassemblés en bancs se laisseront emporter par le courant.
Malgré les massacres causés par les filets à mailles fines des bracos, de nombreux groupes arrivent enfin à proximité de la mer.

A ce stade, deux thèses s'affrontent.
Pour certains, les bancs de smolts attendent une crue ou une haute marée à la limite du partage des eaux pour bénéficier d'une transition saumâtre.
Pour d'autres, ils passent brutalement de l'eau douce à l'eau salée.
Ainsi s'achève la vie potamique du Salmo Salar.
Longtemps, les ichtyologues ont pensé que la migration des saumons était limitée et que les smolts restaient dans les estuaires.
Cette théorie est totalement déplacée.
Les bancs ses smolts suivraient des chemins nettement définis pour se rendre vers les zones océaniques les plus riches en" faune fourrage"
Les spécialistes ont également cru, un moment, à l'existence de rassemblement de saumons à grande profondeur.
Cette thèse ne s'est pas avérée.
Avec prudence, bon nombre de spécialistes estiment que les zones d'engraissement se trouvent à moins de 50 m de profondeur, essentiellement au sud du Groenland, à Detroit Davis et aussi sur la calotte glaciaire où vivent des myriades de crevettes dites abysales(malgré leur nom, elles vivent souvent près de la surface)
Les îles Féroé, où se produisit en 1981 un véritable génocide de saumons,seraient plutôt un lieu de passage.
Dans ces régions, les chalutiers, russes, danois, japonais, locaux, dirrigés au sonar, se livrent sans cesse à des massacres incontrôlables.
Partout ou l'homme paraît, le saumon disparaît.

Arrivés en mer, le smolt se développe rapidement.
En deux ans, le saumon peut grossir de 3 à 10 kg et dépasser un mètre.
Personne n'a pu déterminer si les saumons d'un même bassin se concentraient en un même groupe, ou s'ils se mélangeaient avec leurs semblables d'autres bassins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kim22
nos meilleurs membres
nos meilleurs membres
avatar

Nombre de messages : 966
Age : 68
Date d'inscription : 10/08/2007

MessageSujet: Re: Un poisson encore mystérieux   Lun 20 Fév - 10:16


Bonjour Wink

Ce que je vous écris sur le saumon en personne date de 1993 Wink

Aujourd'hui qu'en est-il avec tous ses élevages intensifs que bien de poissons et animaux subissent au quotidien.

J'ai encore des choses à vous mettre sur ce royal poisson

ujet: Re: Un poisson encore mystérieux. Aujourd’hui à 9:04

suite: C'est alors que vient l'heure du grand retour du fils prodigue de la belle rivière.

*Le grand retour vers la frayère promise affraid

Certains saumons vont parcourir à nouveau 4000 ou 5000 km en mer et jusqu'à 800 km en eau douce pour rallier les points de production.
Les uns estiment que ces poissons suivent les reliefs sous-marin pour retrouver l'embouchure de leur rivière d'origine.
Comme l'eau douce est plus chargée en gaz carbonique que l'eau de mer, le saumon trouverait une orientation naturelle.
Précisions que le flux d'eau douce s'enfonce profondément en mer.
La teneur de l'eau en ozone attirerait également le poisson.
D'autres émettent l'idée que le saumon, voyageur nocturne de surface naviguerait à vue en s'appuyant sur la position des astres.
Le smolt mémoriserait sa migration et l'utiliserait pour le retour.
Cette hypothèse est fort poétique, mais ne bénéficie d'aucun début de preuve.
Certains parlent de réactions olfactogustatives, le saumon possédant un odorat fabuleux comme le prouvent une constatation et une expérience.
Une constatation: le saumon revient toujours vers un habitat déjà occupé les années précédentes.
Il sent l'odeur de ses congénères et se réfugie aux même emplacements.
Une expérience: celle d'un chercheur américain qui, ayant mis plusieurs saumons dans de grands bassins, a obstrué leurs narines et leurs pores sensitifs et fait arriver plusieurs flux d'eau: les saumons sont restés immobiles.
Puis, il a fait arriver un courant d'eau de leur rivière natale, et les saumons, d'instinct, ont repris leur migration à contre-courant.
C'est la réaction du homing.
En fin de parcours océanique, notre héros va se heurter à tous les obstacles naturels et l'esprit imaginatif de destruction de l'homme.
Ce sera à l'estuaire, depuis la malheureuse loi de Colbert, les sennes des inscrits maritimes, puis les "filets - barrages", et les échelles à saumons, qui sont souvent de véritables piège
Ensuite, notre vagabond affrontera la longue théorie des barrages qui l'épuisent, le privent de son oxygène.

Ainsi a-t-il disparu en Dordogne et en Garonne.
Ainsi est-il freiné dans sa progression à Vichy, où par eaux basses le saumon dépérit, tombe malade, ou est pêché abusivement.
La pollution le décourage, le braconnage, les nasses le déciment.
Tout est désormais en place pour arrêter sa longue marche.
Avant l'installation de ces dispositifs dissuasifs, les grands saumons d'hiver, des femelles en majorité, d'une vingtaine de livres et plus, se présentaient à l'automne.
A la fin de l'hiver, c'était le tour des saumons de printemps de plus de dix livres.
Enfin, au début de l'été les petits saumons de Sainte-Madeleine, les "madeleineaux" de deux à dix livres atteignaient la rivière.
Ils remontaient par petits groupes et se concentraient en communautés dans certains pools accueillants.
Actuellement, cet échelonnement dans le temps a pratiquement disparu.
Souvent, saumons moyens et madeleineaux arrivent ensemble et précèdent parfois les grands saumons d'hiver.
Si les grands saumons sont essentiellement des femelles, il faut y voir une conséquence de la polygamie, comme nous allons le constater au stade de la reproduction.

Tout au long de sa progression, le saumon montrera une hargne et une volonté toujours renouvelées.
Plusieurs fois rejeté par une chute, s'appuyant sur sa puissante nageoire caudale, tirant profit de sa silhouette de coursier, il repartira résolument à l'assaut.
Certains seront blessés.
D'autrs tués.
Rien d'autre que la mort ne pourra arrêter la chevauchée du saumon.
Enfin, comme son frère du Pacifique, il parviendra au lieu de ses amours.
Les saumons sont là au terme de la belle aventure.
Ils se rassemblent près des sources ou en aval des ultimes obstacles en des points favorables à la défence de leur survie, de la période estivale à celle de la fraye.

Après les pluies, les montées d'eau, ils iront s'ébattre dans les courants oxygénés puis reviendront se réfugier en des caches plus profondes, derrière un rocher, le long d'un pan abrupt concave, au début d'un passe-lisse (conseil à suivre)
L'automne est largement entamé.
Certains saumons sont morts, victilmes de la sécheresse, de la maladie, de lucerative dermal necrosis (UDN), de toutes les embûches naturelles et humaines.
L'élaboration de leurs organes sexuels est achevée.
Il a bien changé, notre saumon d'argent.
C'est un amoureux amaigri par le jeûne.
Il est pourtant plus que jamais indifférent aux leurres des pêcheurs.
Fin novembre, les eaux sont descendues au-dessous de dix degrés, l'acte nuptial a commencé.

à suivre affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corinne-vh
membres de Platine
membres de Platine
avatar

Nombre de messages : 580
Age : 52
Localisation : goutroux
Date d'inscription : 29/06/2009

MessageSujet: Re: Un poisson encore mystérieux   Mar 21 Fév - 19:50

a lire tes récit on a prend beaucoup et c'est agréable de lire des chose qu'on ne connait pas merci kim
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nono
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2398
Age : 75
Localisation : Belgique (Goutroux-charleroi)
Date d'inscription : 09/02/2007

MessageSujet: Re: Un poisson encore mystérieux   Mer 22 Fév - 8:49

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://m-harengsdegoutroux.1fr1.net
Alain 34
nos meilleurs membres
nos meilleurs membres
avatar

Nombre de messages : 820
Age : 71
Localisation : Montpellier...France sud
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Un poisson encore mystérieux   Ven 2 Mar - 15:12

Merci Kim
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corinne-vh
membres de Platine
membres de Platine
avatar

Nombre de messages : 580
Age : 52
Localisation : goutroux
Date d'inscription : 29/06/2009

MessageSujet: Re: Un poisson encore mystérieux   Ven 2 Mar - 17:41

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yannick 13
membres de Platine
membres de Platine
avatar

Nombre de messages : 495
Age : 59
Localisation : Aix en Provence
Date d'inscription : 19/03/2010

MessageSujet: Re: Un poisson encore mystérieux   Sam 3 Mar - 15:53

super kim merci trop bon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un poisson encore mystérieux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un poisson encore mystérieux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Information sur un étang mystérieux
» La Lote ce poisson si mystérieux
» Le frottement mystérieux de mon Agenda
» jeu du leurre mystérieux!!!
» Le Parisien: Dans les Yvelines, un mystérieux agresseur s attaque aux cyclistes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Vos articles sur la pêche vos sorties vos photos :: barbeau, chevesne, gardon, carpes, carnassier-
Sauter vers: